Divine et radieuse angélique

Dans le monde de la beauté, l’Angélique émerge d’abord comme l’une des grandes muses naturelles de la parfumerie : Noa chez Cacharel, Angélique Noire chez Guerlain ou bien encore Angélique Lilas dans la série Aqua Allegoria, Angélique sous la pluie de Jean-Claude Ellena pour Frédéric Malle,Obsession Night chez Calvin Klein… en explorent les multiples facettes tour à tour herbacées, boisées, musquées, poivrées ou poudrées.

Pourtant l’Angélique n’est pas seulement une plante à parfum. Herbe aux anges, herbe du Saint Esprit, l’Angelica archangelica a longtemps comptée parmi les plantes médicinales du répertoire français. Aujourd’hui, en cosmétique, si on la retrouve chez quelques belles signatures de la cosmétique naturelle comme l’Occitane ou Dr Hauschka, sa présence reste relativement discrète, comme celle de la belle et divine endormie qui attendrait qu’on la redécouvre.

Chez Herbarom, l’Angélique est gérée en contrat de culture depuis plus de 20 ans, principalement pour la production d’huiles essentielles dont la qualité est garantie par :

  • Le choix de terroirs respectant les besoins naturels de la plante, avec un climat caractérisé par des amplitudes thermiques importantes, des terres humides riches et profondes que l’on retrouve dans le Niortais, certains bassins alluvionnaires de la vallée de la Loire et du Rhône.
  • Une sélection variétale issue d’un travail entre 1996 et 2000 par ITEPMAI (Institut technique des plantes).
  • Une méthode de préparation de la graine et sa distillation dans un alambic à basse pression, dans un délai de 30 jours qui suit la récolte.

Des études récentes sur les propriétés anti-inflammatoires, anti-âge et antimicrobiennes de la plante laissent imaginer de possibles développements en cosmétique.